“Nos trois élus présentent leurs voeux pour l’année nouvelle”.

“Nos trois élus présentent leurs voeux pour l’année nouvelle”.

Pamiers Citoyenne a demandé à Michèle Goulier, de faire le bilan du travail qu’elle a mené au sein du Conseil Municipal depuis son élection en juin dernier.


6 mois… déjà !!!

Nous avons eu des débuts sur les chapeaux de roue : élection le 28 juin 2020 et tout de suite un rythme soutenu de commissions et de conseils municipaux et communautaires.
Si juillet 2020 ne nous a pas découragés par le volume des dossiers reçus, à lire et à analyser en un temps record, on peut affirmer qu’il nous a mis direct dans le bain : nous étions bien élus !!!
Il faut préciser qu’en juillet, on en était encore à boucler les comptes de 2019.
Comme nous sommes tout neufs en politique, nous ne filtrons rien, nous lisons tout, nous analysons tout, nous échangeons entre nous, nous consultons d’autres personnes pour leur expertise, ce qui fait que nos interventions résultent toujours d’un travail d’équipe.

Qu’avons-nous fait ?

Outils précis et précieux, le rapport de la Cour des Comptes sur la ville de Pamiers et celui sur la communauté des communes nous ont confortés sur les analyses faites et les engagements pris par notre liste pendant la campagne électorale.
Pour ma part, je n’en citerai que 2 pour Pamiers :

la gestion financière de la ville : les Appaméens paient 30 % d’impôts de plus que la moyenne des villes de la même taille ; la ville est endettée pour plus de 10 ans et n’a quasiment pas de capacité d’autofinancement.
Par conséquent, notre premier point de vigilance est l’utilisation des fonds publics : par exemple nous nous opposerions au projet d’une éventuelle 2ème Villa major, celle que nous connaissons coûte au contribuable aujourd’hui en moyenne 100 000 € par logement.

l’offre de santé : le rapport de la Cour des Comptes alertait sur le fait qu’il ne restait en 2018 que 16 généralistes sur Pamiers dont 5 âgés de plus de 60 ans. Aujourd’hui, c’est la catastrophe : 5 sont partis sous d’autres cieux ou pour la plupart dans la ville voisine (bonjour l’esprit communautaire !!!).
De plus, il n’y a quasiment plus de spécialistes.
La maire a fait évoluer son programme et reconnaît la pénurie puisqu’elle a annoncé une étude pour mesurer l’utilité de créer une maison pluridisciplinaire de santé. C’est une dépense inutile, chacun sait les difficultés de se soigner à Pamiers, certains n’ont pas de médecins référents, d’autres attendent des mois et font des kms pour accéder aux soins qui leur sont nécessaires.
Un mandat dure 6 ans, rien n’a été fait avant : le sursaut ne peut attendre, c’est donc sur ce mandat que ça doit changer. Il y a urgence. Je ne dis pas que c’est facile mais d’autres communes ont fait et réussi. Faire renaître une ville est louable mais utopiste si déjà la population ne peut pas s’y soigner.
Nous ne manquerons donc pas de poursuivre cet objectif pour garantir à chacun une offre de santé de proximité, complète et de qualité.

 – autre point de vigilance : la place de Pamiers dans l’intercommunalité et l’intercommunalité elle-même qui, de l’avis de la Cour des Comptes, doit gagner en efficience et efficacité.
Un projet de territoire doit être bâti cette année, nous souhaitons qu’il soit dynamisant, fiscalement juste, socialement responsable et respectueux de l’environnement.
Le permis de louer doit également être instauré cette année, nous soutiendrons sa mise en place ; l’empressement subit de certains interpelle d’ailleurs sur leur attentisme depuis décembre 2016…
Bien évidemment, nous nous engageons à ne pas oublier, comme certains au fond d’un tiroir, toutes les préconisations de la Cour des Comptes tant pour la municipalité que pour la communauté des communes.

Bilan à 6 mois :
– beaucoup de gros dossiers, très techniques,
– la volonté intacte d’œuvrer pour tous, sans esprit partisan,
– l’espoir de redonner vie à notre ville et de l’inscrire dans de belles dynamiques partagées avec les Appaméens.

Nous ne savons rien des conditions dans lesquelles 2021 va se dérouler, au plan sanitaire et au plan social. La santé et l’emploi sont des enjeux majeurs pour tous.

Néanmoins, nous adressons nos vœux très chaleureux à chacun et plus particulièrement à celles et ceux qui ont affronté la maladie, ont perdu un proche, les jeunes (comment vivre ses 20 ans en 2021 !), les personnes âgées coupées des leurs, celles et ceux qui craignent pour leur avenir professionnel, les mondes associatif, sportif et culturel que la crise a déstabilisés et qui sont des ciments pour notre société.
Nous vivons une période bien inquiétante mais nous devons garder de l’espoir pour que la société tende vers le bien vivre ensemble auquel chacun aspire, avec plus de justice sociale, plus d’actions environnementales, plus de démocratie et de solidarité.
Ce sont nos objectifs, nos batailles actuelles et à venir.

D’autres bilans suivront concernant les dossiers suivis par Daniel Mémain et Xavier Malbreil. 

Photo devant le local des nos élu (e)s Salle Espalioux