Compte rendu du conseil communautaire du 11 juillet 2020

Compte rendu du conseil communautaire du 11 juillet 2020

Samedi 11 juillet 2020, entrée de nos 2 élus communautaires « Pamiers Citoyenne » 

dans  » l’arène » de la Communauté des Communes des Portes Ariège Pyrénées CCPAP

Michèle Goulier et Daniel Mémain

Résumé de cette journée marathon d’installation de la Com Com : arrivée 9h du mat’, photo des élues, café, petit en-cas à midi … café et madeleines le reste du temps …et fin à 21h30 sans en-cas !! 

La journée a été rythmée par le spectacle navrant d’un « ballet » de tractations, négociations et manœuvres en tous genres. Heureusement aussi pour nous, plusieurs rencontres en proximité avec des élu-es, souvent de communes de tailles intermédiaires ou petites, pas invité-es au « ballet » mais avec des  convictions solidement ancrées à gauche ou dans l’écologie de terrain ! ouf !

La présidence : élection à 3 tours loin de la promenade de santé annoncée par certains !

Nous avions décidé de présenter la candidature de Daniel Mémain à la présidence avec l’ambition de porter au niveau intercommunal nos valeurs politiques. Nous somme ainsi les seuls à avoir exprimé et présenté notre candidature à la Présidence sur la base de valeurs et avec des « marqueurs » de gauche, écologistes, solidaires et humanistes … (voir la déclaration très explicite lue)

Au premier et au second tour de scrutin  (où une majorité absolue est requise) nous avons recueilli 6 puis 4 voix , les deux autres candidats en lice M Trigano et M Rochet n’atteignant pas le seuil nécessaire de 36 voix ( 32 puis 34 voix pour le premier et 31 puis 32 voix pour le second) … et ce, malgré leurs déclarations dans la presse indiquant qu’ils étaient certains de gagner avec une confortable avance !! 

A la suspension de séance qui suivit ces 2 tours de scrutin et avant le 3ème tour où seule la majorité « relative » suffit (celui qui est devant l’emporte), nous avons engagé des discussions avec les deux autres candidats … séparément mais au vu et au su de tous. Chacun d’entre eux – devant témoins- s’engagea alors, à notre demande, à nous garantir un poste de Vice-présidence pour porter un des axes de notre programme à savoir la Transition Ecologique et sociale.  C’était pour nous,  sans aucune autre négociation (indemnités ou autres) la seule condition politique pour retirer notre candidature et porter nos 2 voix (Pamiers Citoyenne) sans autre contrepartie.

Daniel Mémain fit alors une intervention publique en ce sens : retrait de sa candidature pour le 3ème tour, indication que les 2 candidats s’étaient engagés à nous accorder une vice présidence pour défendre un des points importants de notre programme (c’est un peu pour ça qu’on fait de la politique ! ) , absence de consigne de vote et indication qu’il voterait pour un des candidats (ça voulait bien dire qu’il ne voterait pas blanc).

Au final M Rochet a remporté l’élection avec 39 voix , M Trigano a perdu de 8 voix (31 suffrages au final ) dont nos 2 voix Pamiers Citoyenne mais  aussi 6 autres voix (il est passé de 34 voix au second tour à 31 voix au 3eme)… Cela nous a permis de dire à M Rochet que nous avions tenu notre engagement et qu’il lui restait à tenir le sien pour le poste de Vice-Président fléché ultérieurement sur la Transition Ecologique.

Elections des 15 Vice Présidents- VP ! Surprises, chausse trappes et magouilles

Il y a eu alors une très longue pause déjeuner, de près de 2 heures (au lieu de 1 h annoncée par le nouveau président) avec reprises des tractations en coulisse …mais sans nous !! 

C’est là que M Calleja maire de Saverdun et qui s’était présenté le matin comme ticket gagnant avec M Trigano (présidence et vice-présidence), a été remis en selle par M Rochet comme 1er VP : rappelons que c’est la place la + stratégique. !! 

Il n’a non seulement négocié son retour en grâce (très rapide !) mais aussi la meilleure élection des VP avec 61 voix ! Cela signifie qu’outre son « camp » (dont les affidés de M Trigano)  il a aussi eu toutes les voix du « camp »  Rochet à savoir M Marette et les socialos…

M Calleja est sans contexte le grand vainqueur de la journée car il s’est aussi « payé la poire » de Messieurs Rochet et consorts. Ce n’est pas un jugement de valeurs ce sont des faits objectifs.

Car pour tous les autres postes de VP, M Rochet et ses « alliés » se sont faits soit ridiculiser par leurs scores (avec jusqu’à 3 fois plus de votes bancs que de suffrages…) voire battre par des candidats proposés par le camp de M Calleja /Trigano.

Celui ci avait visiblement donné des consignes pour faire voter contre ou blanc. Avec un tel nombre de blancs , il ne peut pas en être autrement. Et c’est M Calleja en personne qui a réglé la musique tout l’après-midi. Une observatrice en fond de salle  nous disait qu’au moment de certains votes cruciaux, il passait dans les rangs, redire a chacun qu’il fallait voter pour une telle ou contre un autre….  !!  D’autres  guettaient les consignes électorales sur leur mobile. Face à ce fonctionnement « en meute », que dire? Quelle image retenir de cette journée?,

Comment comprendre autrement qu’il y ait des éternels redoublants ? Le cumul des mandats est contreproductif et pourtant chronique. Un nouveau candidat à1 poste de VP était déçu, il s’entend dire  « ne vous inquiétez pas, cher collègue, certains sont dans les circuits depuis 5  voire 6 mandats…. »

Vous noterez que finalement on n’avait pas vraiment besoin de la journée pour revoir quasiment les mêmes têtes revenir, à l’exception de M Trigano qui a bien placé ses poulains et promet, même absent, bien des difficultés de pilotage à M Rochet grâce à son dauphin M Calleja.

En plus, la journée a vite perdu toute solennité, certains donnaient procuration, partaient un certain temps puis revenaient et reprenaient leur voix. Ainsi certaine candidate à un poste de VP ne revenait en séance que peu de temps avant son élection. Cela nécessitera quelques investigations réglementaires. 

Battus par une coalition des droites alliées avec les socialos

Quant à nous, on a été battu (et disons le mot   « trahi ») par une décision concertée entre Messieurs Rochet, Calleja, Marette, Trigano et les socialos. Cela ne fait aucun doute.

A noter que pour les 15 postes de vice président-es quasiment tous les autres candidats justifiaient leur place et leur volonté d’être élus sur une expérience (souvent de plusieurs dizaines d’années de mandats divers !!) ou des connaissances techniques de certains dossiers (finances, tourisme, économie….) mais sans jamais faire référence à des valeurs ou obédiences politiques.  Que ce soit celles ou ceux qui sont affiliés aux LR , soutenus par LREM ou que ce soit les socialistes qui n’ont jamais fait allusion à leur appartenance au PS…

 

La conclusion est assez simple : M Rochet sera un président sans  majorité stable, totalement soumis aux desideratae de M Calleja qui fera la pluie et le beau temps.

Cette « idylle » façon syndrome de Stockholm, était déjà visible en fin de séance où ils animaient les débats et répondaient à nos questions dans un bel ensemble… notamment sur les délibérations ayant des incidences budgétaires (essentiellement des aides aux entreprises).

Les délibérations budgétaires de fin de journée : petite lueur …

Nous avons été les seuls à  intervenir en séance sur cette dernière partie des débats. On aurait pu croire que les autres participants savaient tout des dossiers. Pas si sûr ! car on en a vu certains qui ont commencé la lecture des documents dans la matinée, parmi eux un nouvel élu.

A noter en particulier notre intervention finale sur la délibération concernant des aides aux mairies de moins de 1000 habitants. Rappel : délibération pour un budget global 100 000 euros , maxi 10 000€ par commune aidée (maxi 20% du budget global des travaux soutenus). 

Nous avons interrogé le nouveau  duo Calleja/Rochet : pourquoi 100 000€ ?? Aucune explication rationnelle. Nous avons alors fait remarquer qu’on venait de voter des budgets de 120 000€ ou 122 000 € pour aider des chefs d’entreprise en difficulté,  ce qui est très bien. Pourtant, tout ce samedi, dans toutes les prises de parole (ou presque) tous les candidats-es à la fonction  de VP ont expliqué l’importance de soutenir la ruralité, les petites communes etc …Et là on s’apprêtait à voter un budget fléché précisément pour aider ces communes, avec une somme inférieure à celles des aides aux entreprises. Où était la cohérence politique ?? Ne pourrait-on pas marquer symboliquement et financièrement cette priorité à la « ruralité » en augmentant ce budget, en assouplissant les règles d’octroi,  en prolongeant la période de demande pour les communes qui ont bcp de travail à la rentrée etc.??

Après ce rapide échange fait de réponses attentistes (« on reverra ça plus tard » …. »pourquoi pas »  )…M Rochet annonçait alors le doublement du budget initialement prévu qui passe de 100 à 200 000 € !!

Très bien pour les petites communes, mais du grand n’importe quoi d’un point de vue budgétaire, absolument pas argumenté                                                           (pourquoi pas 300 000€ ?   Ou 1 million € ) …

Cependant nous ne bouderons pas cette première victoire pour nous, avec un argumentaire strictement « politique » !

Vous l’aurez compris, le « monde d’après » est toujours coincé dans le monde d’avant ! 

Il y aura du boulot pour les élus de Pamiers citoyenne. Qu’à cela ne tienne. 

Nous remercions chaleureusement celles et ceux qui sont venus nous soutenir et continueront à le faire à nos côtés. 

Ça tombe bien la prochaine séance de la Com Com sera le jeudi 30 juillet à partir de 14 h … 

et là on parlera essentiellement du budget. Certainement le sujet le plus politique ! 

Michèle Goulier et Daniel Mémain

Laisser un commentaire