Faites comme votre maire et ses conseillers :  jouez au micmac des dispositifs !

Faites comme votre maire et ses conseillers :  jouez au micmac des dispositifs !

Nouveau jeu entre amis… si parmi vos relations certains s’intéressent à la vie publique et à la citoyenneté proposez leur un nouveau jeu qui doit très bien pouvoir s’adapter à une version en ligne pour le couvre-feu.
Appelons ça « le micmac des dispositifs » ! (formule empruntée à Christophe Zoia)

Contrat de ville, dispositif de renouvellement urbain, Action cœur de ville, Bourg centre, Opération de Revitalisation Territoriale, Petites villes de demain… Autant de dispositifs et d’aides financières qui vont avec, en vue de revitaliser le cœur de ville… et autant de sigles barbares : ANRU, QPV, ACV… Cette complexité agace souvent et nous avons besoin qu’on nous explique !

Donc les joueurs se séparent en deux équipes et un maitre de jeu. Ce dernier tire une carte et lance un sigle à la cantonade : la première équipe qui en donne la bonne interprétation marque un point. Pour transformer l’essai et marquer trois points de plus, l’équipe doit pouvoir dire si c’est un dispositif d’État, de la Région ou d’un autre organisme et quelles sont les zones concernées. S’il ne transforme pas l’essai il est donné la possibilité à l’équipe adverse de le faire et de prendre les trois points. On peut corser le jeu en demandant sur quelle période s’étend la mesure, et surtout « à quoi elle sert ».
Voici donc de quoi préparer vos cartes :

CARTE N°1

QPV : quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV ou QPPV) est un dispositif de la politique de la ville.

La politique de la ville, dispositif de l’Etat, a deux objectifs :

  • La réduction des écarts de développement entre les quartiers défavorisés et l’ensemble de la ville.

  • L’amélioration des conditions de vie de leurs habitants, en luttant notamment contre toute forme de discrimination.

Jouons un peu ! Devine quels sont les QPV de Pamiers ? pour le savoir clique ici.

CARTE N°2

ANRU : L’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) est un établissement public. Elle finance et accompagne la transformation de quartiers de la Politique de la ville dans toute la France dans le cadre du Nouveau Programme National de renouvellement Urbain.

L’ANRU finance et accompagne les collectivités et les bailleurs sociaux comme par exemple les offices HLM pour mettre en œuvre de vastes projets de rénovation des quartiers les plus vulnérables. Il s’agit de transformer ces quartiers en profondeur, en intervenant sur l’habitat.

Des immeubles vétustes sont détruits pour laisser place à une nouvelle offre de logements sociaux de qualité. De nouveaux équipements sont construits (écoles, espaces culturels, centres sportifs…), des commerces de proximité voient le jour. Les espaces urbains sont repensés pour améliorer le cadre de vie des habitants. Enfin, les quartiers sont plus ouverts vers leur agglomération avec davantage de moyens de transports et la création de nouvelles voies de circulation.

CARTE N° 3

Les Bourgs-Centres : la Région Occitanie apporte son soutien en faveur des investissements publics locaux en agissant notamment pour renforcer l’attractivité et le développement des « Bourgs Centres », communes de plus de 1 500 habitants ayant la fonction de « pôle de services de proximité » en rendant plus attirantes ces villes pour de nouveaux habitants, des commerces, des services…
La signature d’un Contrat Bourgs-centre permet à Pamiers de bénéficier de co-financement de la Région Occitanie pour ses travaux.
Petit jeu de piste : fais nous parvenir deux photos des logos « bourgs-centres » à Pamiers.

CARTE N° 4

ACV : Le plan Action cœur de ville répond à une double ambition, améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes et conforter leur rôle de moteur de développement du territoire.
Pamiers fait partie des 222 communes retenues au plan national, elle a bénéficié d’une convention de revitalisation destinée à redynamiser son centre-ville.
L’aménagement de la place Milliane, entre autres, a été cofinancée par ce plan. Monsieur Trigano nous le disait , omettant de donner le coût total de l’opération.
Les 222 territoires du programme national Action cœur de ville ont pu transformer leur convention existante déjà signée en convention ORT. (Voir carte n°5)

CARTE N° 5

ORT : Opération de Revitalisation du Territoire a pour objectif la requalification d’ensemble d’un centre-ville. Elle facilite en effet la rénovation du parc de logements, de locaux commerciaux et artisanaux, et plus globalement le tissu urbain, pour créer un cadre de vie attractif.
L’opération se matérialise par une convention signée entre l’intercommunalité, sa ville principale, d’autres communes membres volontaires, l’État et ses établissements publics ainsi que toute personne publique ou privée susceptible d’apporter son soutien ou d’y prendre part.
Mais quelles sont les communes volontaires qui bénéficient de l’ORT avec Pamiers : découvre les là.

 

 

 

Ceux qui se sentent l’âme de maitre du jeu, peuvent encore créer des cartes supplémentaires : Petites Villes de demain, OPAH-RU et pourquoi pas AVAP, SCOT, PLU et n’oublions pas qu’après chaque élection, chaque remaniement ministériel, les joueurs peuvent découvrir de nouvelles cartes.
L’assemblage de tous ces dispositifs s’articulent comme dans un gigantesque puzzle à quatre dimensions avec des calendriers enchevêtrés et des financements « croisés ». Ils semblent constituer une grosse machine que maitrise un petit groupe de spécialistes, cadres de la fonction publique, élus et chargés de mission qui se rencontrent si souvent et travaillent tellement, qu’ils en oublient d’associer les citoyens ! Dommage que les premiers concernés, les habitants, ne soient pas toujours impliqués dans ces processus qui façonnent leur futur cadre de vie.
La mise en place d’une «  maison du projet, lieu de concertation entre citoyens, associations et élus locaux » devait permettre aux citoyens de s’approprier et de faire vivre ces dispositifs, mais à Pamiers, bizarrement on ne trouve pas de lieu pour la mettre en place.
Le « Conseil Citoyen » avait entre autres pour objet d’impliquer les citoyens dans tous ces dispositifs ; l’ancienne municipalité l’a saboté, la nouvelle équipe feint de ne pas être concernée !

Mais ce sera l’objet d’un prochain article.